Article Presse Magazine / CAURIS D’AFRIQUE – Jan2018

Jan 22, 2018 by ASD Category: Actu ASD, Actu Zone A, PRESSE 0 comments

Texte original, extrait de l’article:

SON ALTESSE LE PRINCE NICOLAS 1er PORTE UNE CERTAINE ATTENTION A L’AFRIQUE (par Jean-Claude BAKALI)

Petite par sa taille mais grande par la grandeur de sa monnaie, la Principauté de Seborga, une puissance économique mondiale, est d’une histoire séculaire sans précédente. Dans sa politique d’aide au développement, elle fait de l’Afrique en général et du Togo en particulier, une de ses priorités. C’est ce qui justifie les très bonnes relations bilatérales qui existent entre la Principauté seborgienne et l’Etat togolais. En témoigne la récente visite du Grand Chancelier Martial MUTTE au Togo.
Dans un entretien exclusif accordé à CAURIS D’AFRIQUE MAGAZINE en marge de sa visite au Togo, il aborde plusieurs grands sujets du moment.

 


Bonjour Monsieur le Chancelier, dites-nous, quel est le but de votre visite au Togo à un moment où la destination Togo, n’est pas l’option première pour beaucoup de personnes à cause de la crise politique actuelle ?
Il me semble que la crise n’est pas uniquement localisée ici au Togo mais qu’elle revêt aujourd’hui un aspect mondial. Le but de ma visite ne réside donc pas sur le fait d’une crise mais sur un fait d’une pure amitié entre nos deux pays et d’une collaboration existante.

Vous êtes Prince Chancelier de la Principauté Seborgienne, parlez-nous brièvement de cette principauté qui, malgré sa petitesse a la monnaie la plus forte au Monde ?
Je ne vous apprends pas que la richesse d’un pays, économique ou culturelle soit-elle, n’est pas liée à la grandeur de son territoire mais à son rayonnement. La Principauté a connu 110 princes avant le Prince Nicolas Ier et Elle fut le berceau des templiers fut un temps pour à ce titre renfermer en ses murs une histoire de plus de 1000 ans. Depuis l’an 954 exactement. La Principauté de Seborga est bordée des frontières de l’Italie tout en étant à quelques kilomètres de la France et de Monaco, sa principauté voisine.

Quel est le secret qui vous permet d’avoir la monnaie la plus forte et comment vous fêtes en termes d’arrimage ?
Si secret il y avait, il ne serait que le fruit de l’histoire de notre principauté millénaire. Le Luigino est indexé sur le dollar américain et sa valeur actuelle est d’environ 3300 fcfa pour 1 Luigino. Mais puisque vous employez le terme d’arrimage, je dirais que le navire est bien attaché à son port pour accroitre encore sa prospérité.

Parlant des relations bilatérales, quelles sont les relations qui existent entre la Principauté Seborgienne et le Togo ?
Je le précisais dans une réponse précédente, les relations entre notre Principauté et la République du Togo sont fondées dans une amitié commune, avec pour volonté et seul objectif de favoriser le développement de nos pays respectifs à travers nos institutions.

Monsieur le Chancelier, pourquoi le choix du Togo, un petit pays d’Afrique, pour abriter le Siège de la zone Afrique de l’Agence Seborgienne de Développement ?
Comme quoi le développement est bien présent dans les esprits de chacun dans cette ère nouvelle que nous vivons. L’ASD est un organisme d’intérêt public qui a pour vocation de contribuer au développement des Nations, et qui a pour mission de mobiliser des ressources en consentant notamment des prêts aux personnes morales de droit public ou privé, mais également aux personnes physiques pour que chacun puisse être reconnu dans ses valeurs et bénéfices. Quant au fait d’avoir fait le choix du Togo, un petit pays d’Afrique comme vous dites, il va sans dire qu’il ne s’est pas porté sur la taille du territoire pour les raisons précitées, mais pour son rayonnement international et sa grande capacité d’accueil. Nous sommes en ce sens très fiers que notre ministre de l’économie et des finances en soit un de ses fils.

Avoir un siège Afrique de l’ASD, c’est dire que la Principauté nourrit ou accorde beaucoup d’ambitions et attention pour le continent africain. Alors quels sont les objectifs à court, moyen et long terme que la Principauté de Seborga a pour l’Afrique ?
Son Altesse le Prince Nicolas 1er porte une certaine attention, ou une attention certaine, à l’Afrique. Il n’est d’ailleurs pas rare de l’entendre dire que si l’Afrique est le berceau de l’humanité, c’est qu’elle n’en sera jamais son tombeau. En ce sens que la politique humaniste du Prince n’a pour seul objectif que de contribuer au développement de l’Afrique pour que chacun puisse grandir et évoluer dans un souci d’égalité tout en respectant les courants politiques établis dans chaque pays, que ce soit dans un court, moyen, ou long terme.

En terme de politique extérieure, quel type de relations la Principauté de Seborga entend entretenir ou entretient avec l’Afrique, quand on sait que les autres relations de coopération traditionnelles que l’Afrique a eu jusqu’à présent, sont généralement basées sur le principe de dominé et dominant ?
Je pense avoir répondu à cette question de façon sous entendue dans la précédente. On ne fait pas de politique humaniste si l’on n’a pas conscience que le développement des Nations ne peut s’opérer, ni même prospérer, dans le sentiment du dominé /dominant. Si je parlais de nouvelle ère précédemment, c’était pour justement ne pas appuyer sur le fait que l’époque des conquêtes me semble désormais révolue. Nous sommes pour l’égalité pour évoluer dans un sentiment de gagnant/gagnant. C’est ce que propose mon gouvernement, et je crois que c’est cela, à l’heure qu’il est, que c’est ce qu’il y a de plus constructif et pratique qui puisse être fait dans un esprit d’actions et de responsabilités. Je veux dire par là que de donner de l’oxygène au poumon économique de l’Afrique c’est aussi donner un souffle nouveau et bienfaisant pour l’ensemble des Nations internationales.

A voir de près, l’Afrique semble une priorité pour la Principauté vu les actions menées sur le continent. Comment expliquer cet intérêt pour l’Afrique ? Est-ce à cause de son potentiel dans la mesure où l’Afrique reste le continent d’avenir sur plusieurs plans (humain, réserves naturelles…) ?
Il est vrai, et vous avez raison de le préciser, que l’Afrique a de gros potentiels. Mais qu’en est-il aujourd’hui ? Je pense que l’Afrique a atteint une maturité certaine qu’il est bon de conscientiser. Quand je dis maturité, je parle de son potentiel humain. L’Afrique regorge de savoir et de compétences et il me paraît essentiel de répondre à cette maturité en donnant les moyens nécessaires à son élargissement. A commencer par le début, par une coopération économique et culturelle à travers des décisions qui seront prises communément dans les conseils de nos gouvernements respectifs et qui seraient par la même génératrices d’emplois. Il est évident qu’on ne prendre de mesures économiques importantes sans commettre un acte politique. C’est un sujet quotidien et capital. Voilà ce qu’il en est des ambitions de mon gouvernement, de resserrer un peu plus encore nos liens existants afin d’agir ensemble de façon encore plus étroite.

Pour terminer, si devriez laisser un message au peuple africain, que leur diriez-vous en guise de conclusion de cet entretien, Monsieur le Chancelier ?
Je leur dirais d’avoir, ou de garder grande confiance en l’avenir, car l’avenir ne pourra se passer de lui.

 

Sorry, the comment form is closed at this time.